jeudi 22 décembre 2016

Casse des arêtes

Comme les combles vont devenir habitables, pas question de laisser les arêtes des pannes, et autres arbalétriers nous faire mal au crâne. Donc rabotage. En plus c'est plus joli et en cas de feu, ça évite de créer un angle aigu propice aux flammes.



Voilà le travail. Il reste à poncer les pannes et arbalétriers, parce que là c'est encore du brut de sciage, avec des échardes à gogo.


lundi 19 décembre 2016

Méga grosse livraison !

On a un peu craqué...
On a décidé de frapper un grand coup et de faire une livraison, par semi-remorque histoire de pas refaire ça tous les jours !!!
En fait c'est surtout qu'on voulait des plaques de paille compressée, et l'unique usine française à fondu les plombs l'été dernier... zut, du coup, pas le choix que de faire venir ces plaques de Tchéquie. Ouaip, c'est pas la porte à côté, heureusement que chaque plaque à un bilan carbone positif, car là, on l'a bien fait chuter ;-(


Bref, tout d'abord, préparation de la réception... on a tout débarrassé ! Ou plutôt on a tout rangé ailleurs.


The truck !


Et voilà. 10 tonnes de matos déchargé à bras en 2 heures top chrono (hors pause de 20').
10 personnes, soit 1 tonne chacun.
Merci les copains !
Maintenant, c'est plein !!!!


L'isolant rigide en fibre de bois (steico-floor) pour la pose du futur plancher bois massif. Y'a la même chose chez Pavatex


Les lambourdes qui vont avec et qui permettent d'optimer l'isolation phonique. La lambourde est coincée entre les plaques de fibres de bois qui sont plus épaisse, ce qui empêche le son de se propager depuis la lambourde vers le support en osb. Voir le principe ici : https://www.kenzai.fr/5202/steico-floor-isolant-sous-parquet-massif.jpg


La paille compressée. Toutes les infos le le site de l'usine http://www.ekopanely.fr/


Voilà l'intérieur... de la paille, uniquement de la paille. Pas de colle.


Le marquage, en direct de Tchéquie.

dimanche 4 décembre 2016

pignon suite


Et voilà, y'a plus qu'à faire la suite ;-)

samedi 19 novembre 2016

Coffrage du mur de pignon

Journée bétonnière de chaux-chanvre, on avait presque perdu la main !


Banchage en cours du mur du pignon.
Vu que le mur à fruité, je le remet dans son alignement et d'aplomb avec du chaux-chanvre banché.

L'ossature est fixée au sol et suivant le chevron. Ensuite la face est dressée au laser. Des vis sont plus ou moins enfoncées dans les montants pour suivre le trait du laser et dresser l'ensemble de la face aplomb. Une fois que ce travail est fait, il suffit de poser la banche contre les vis, et de la fixer sur l'ossature en la vissant aussi.
Remplissage, on tasse. On dévisse. On refixe la banche un rang au dessus et rebelote.


Voilà le résultat provisoire. L'avantage du chaux-chanvre c'est qu'on peut débancher tout de suite, pas besoin que ça sèche.

L'ensemble dressé sera recouvert de panneaux de paille compressée, car le chaux-chanvre commence à devenir moins compétitif que les autres matériaux isolants. Alors tant qu'à faire, autant aller plus vite avec une mise en œuvre par voie sèche.

Isolation suite

Le faîtage laissait donne juste sur la tuile. Pour éviter la présence de petites bêtes dans l'isolant, tout est bouché avec du chaux-chanvre. Du coup, on a presque chaud ;-)


Travail très très pénible. Bras en l'air, le chaux-chanvre dégouline dans les manches... j'ai fini par faire une sorte de coffrage perdu avec des bouts de planchettes afin d'y coller le mortier dessus...


Et voilà le résultat. Très efficace.


Pendant ce temps, Xtine continue de poser l'isolant.





Et ça avance bien !